Err

Dictionnaire des épices-F

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ
Fenugrec

Utilisation

Le fénugrec est utilisé en agriculture biologique comme engrais vert. Cette annuelle peut donc être semée de mars à septembre et couvrir une parcelle pendant trois mois. Il est préférable de la couper juste avant la période de floraison : non seulement, c'est le moment où elle aura le meilleur rapport N/C endogène mais on évitera ainsi que la plante ne se ressème toute seule.

Le
fénugrec est également une plante tinctoriale qui permet de teindre les textiles en un très beau rouge incarnat.

Alimentaire

Le
fénugrec est une épice très riche qui contient du phosphore, du fer, du soufre, de l'acide nicotinique, des alcaloïdes, saponines (à l'origine de ses propriétés stimulantes de l'appétit), flavonoïdes, glucides, vitamines A, B1, C, magnésium, calcium, lécithine, protéines (30%), des saponines stéroïdes (diosgénine et yamogénine, qui contribuent à la synthèse du cholestérol et des hormones sexuelles).

La graine et la feuille sont des ingrédients de la cuisine indienne où on l'appelle méthi. La graine doit être grillée ou ramollie dans l'eau avant son utilisation en poudre dans le masala. Les feuilles s'emploient comme des pousses d'épinard. En Afrique et au Moyen-Orient, le
fénugrec entre dans la fabrication de mélange d'épices aromatiques, sous différents noms vernaculaires, comme le ras-el-hanout marocain.

En cuisine marocaine, la graine est également utilisée telle quelle dans la "Terda", ou "tagine de récupération". C'est une cuisson longue d'oignons, d'ail, de paprika, de gingembre, de safran, servant de base à un bouillon dans lequel vont cuire ensuite des lentilles et des fèves sèches et enfin des tomates fraîches... Cela aboutit à une sorte de "sauce" épaisse qui sera versée sur du pain complet ou de campagne rassis (d'où la notion de récupération) coupé en petits morceaux, le tout étant présenté dans un grand tagine familial. Lié à la région de Marrakech, c'est un plat qui se prépare les jours où le travail domine à la maison (grand ménage, distillation de la fleur d'oranger...) car il demande peu de surveillance au cours de la cuisson et pratiquement pas de préparation en amont... (extrait de "La cuisine marocaine de mère en fille" de Touria Agourram, chez Albin Michel).

On en extrait aussi une huile.
Fève tonka

 Origine géographique

La fève tonka est originaire des Caraïbes et d'Amérique du Sud. Elle est contenue dans le fruit du teck brésilien (Dipteryx odorata). Si elle pousse depuis le Mexique jusqu'au Brésil, c'est au Venezuela, en Guyane et au Brésil qu'on la trouve surtout.

Tonka vient du tupi (langue des tupis de Guyane française et du Brésil), où elle désigne l'arbre lui-même.

La fève tonka a pour synonymes coumarou, coumaron ou coumarine, qui désigne également une des substances principales qui la compose. On extrait des fèves une huile jaune orangée.

Utilisation

Elle constitue un anticoagulant léger. À faible dose, elle possède des vertus médicinales ; les Indiens de la région la considèrent comme un porte-bonheur. À des doses plus importantes, elle a toutefois des effets néfastes pour la santé.

Elle est utilisée dans l'alimentation (en infusion par exemple), la parfumerie, la cosmétique et même dans certains produits amincissants.

Autrefois, on en ajoutait au tabac à priser pour son odeur forte et caractéristique, que certains qualifient de vanille et foin coupé, d'autres de cousine du musc. Cette utilisation dans le tabac en France et dans l'alimentaire aux États-Unis est désormais interdite.

Elle sert principalement à accommoder les plats et desserts de nos assiettes.
Source Wilipedia